• Plages de Saint Malo et sa Piscine

    Plages de Saint Malo et sa Piscine

  • Hôtel Courtoisville - Plage de Saint Malo

    Hôtel Courtoisville - Plage de Saint Malo

  • Grand Hôtel de Courtoisville - Plages Saint-Malo

    Grand Hôtel de Courtoisville - Plages Saint-Malo

  • Hôtel Courtoisville - Plage du Sillon

    Hôtel Courtoisville - Plage du Sillon

Réserver




+ 33 (0)2 99 40 83 83
Âge des enfants
Découvrez
nos coffrets !
Nos Bons
Cadeaux Spa !

Balade Malouine : Circuit N°2

Le Sillon - Courtoisville

1-) Le Casino

Situé à l’entrée de la grande plage su Sillon, l’actuel bâtiment à la rotonde appelé « Palais du Grand Large » d’architecture moderne remplace le Casino municipal détruit par les bombardements de 1944 et qui était une œuvre de jeunesse de l’architecte Auguste Perret, constructeur du théâtre des Champs-Elysées.

2-) L’Hôtel Franklin

Palace et hôtel de voyageurs édifié dès 1861 d’après les plans de l’architecte Jolliet, ce premier hôtel balnéaire malouin hors les murs fut construit à l’initiative de la Société des Bains de Mer de Saint-Malo et fut le premier de Bretagne à avoir été construit en bordure de mer.

 

▪La Digue de Paramé

(également appelée Digue de Rochebonne) fut construite de 1883 à 1913 sur une ancienne flèche de sable (le Sillon) qui reliait autrefois Paramé à la ville close et qui constituait le seul accès à pied sec à marée basse.
A l’origine, une bande de sable était couverte de dunes de plus en plus hautes à mesure qu’on se dirigeait vers Rochebonne, avec pour seules constructions une succession de moulins à vent. La première chaussée fut construite en 1509, détruite souvent par les tempêtes, reconstruite et élargie à plusieurs reprises…
La Digue longue de 1671 mètres longe la grande plage et permet une agréable balade, bordée de nombreuses villas construites cers la fin du 19e siècle (entre 1833 et 1931). Cette promenade invite à la contemplation de la baie de Saint-Malo : au large, l’île de Cézembre avec une plage de sable fin qui fut le dernier refuge de l’armée allemande à la libération de Saint-Malo ainsi que le fort de la Conchée, chef-d’œuvre des forts de mer de Vauban.

Le long du Sillon, un alignement de brise-lames protège la digue de la force des vagues ; en effet, la baie de Saint-Malo connaît les plus fortes marées d’Europe, l’amplitude pouvant atteindre 14 mètres.

Edifiés au début du 19e siècle sur une idée de l’ingénieur Ponts et Chaussées Robinault de St-Servan, les brise-lames en bois de chêne o ont une profondeur au moins égale voire supérieure à leur te hauteur visible…

3-) 28, chaussée du Sillon

Construit en 1926, cet immeuble (le Sillon-Palace) possède dès l’origine un ascenseur pour desservir les 5 étages. Hall d’entrée avec sol en céramique représentant roses, jardinières et un décor en stuc (scène mythologique). Façade sur mer ornée de 2 oriels surmontés de frontons néo-classiques.

4-) Villa Ker Malo (1, chaussée du Sillon)

Erigée en 1896 directement sur la Digue à l’emplacement du premier terrain constructible. Entourée de murs de défense contre la mer, son constructeur dut faire une demande d’autorisation pour ouvrir fenêtres, et balcon sur le pignon ouest, côté Saint-Malo Intra-Muros.

5-) Les Lutins (angle rue Victor Hugo)

Villa à tour carrée, construite en 1914 en granit de Chausey par l’architecte malouin Yves Hémar, un des plus créatifs de l’école néo-bretonne.

6-) Villa Ellerslie (angle rue Victor Hugo)

Constuite en 1923 par Yves Hémar, la villa aurait été transformée en maison close pendant l’occupation. Tour surmontée d’un toit à l’impériale.

7-) La Suédoise (Angle rue des Epiettes)

Construite en 1902 à l’initiative d’un négociant en bois, son nom s’inspire du décor intérieur boisé, notamment les cheminées intégrées en bois du Nord. Cette demeure est aujourd’hui divisée en appartement, après avoir été remaniée sur sa façade sud dans les années 1960.

8-) Grand Hôtel

Edifice construit en 1881-1882 par Alexandre Leroyer, architecte de Saint-Servan, sur l’emplacement de 3 moulins à vent, dans un processus de lancement du site (avec le casino voisin aujourd’hui disparu) véritable projet urbain établi par la Société immobilière du banquier parisien Hébert (cf/ nom du boulevard). C’est aujourd’hui un centre de thalassothérapie et un établissement hôtelier dont le bâtiment d’inspiration classique mesure 70 m de long.

La Hoguette

Nom donné à l’épi de 45 m de long, perpendiculaire à la digue, s’appuyant sur un massif rocheux.

7 forts furent construits pour la défense de la Baie de Saint-Malo : sur terre, à l’extrême-est on peut apercevoir le Fort La Latte près du Cap Fréhel, puis le Fort de la Cité à Saint Servan sur le promontoire de la Cité d’Alet et à l’extrême-ouest le Fort de la Varde dont on distingue les ruines sur le promontoire rocheux ; au large, d’ouest en est : le Fort de l’Ile Harbour, le Fort du Petit Bé puis le Fort de la Conchée (non visible : le Fort Duguesclin entre Saint-Malo et Cancale).

9-) Villa Duguay-Trouin (angle avenue de la Hoguette)

Edifiée en bordure de mer en 1888 pour Antoine Périvier, rédacteur au Figaro et actionnaire de la Société de la Baie de Saint Malo-Paramé, elle fut également conçue comme un produit de lancement de la station. Son plan semi-circulaire permet, selon les préceptes de Michelet, d’offrir moins de prise au vent.

10-) Chalet du Trocadéro (6, avenue Jules Simon)

Pavillon présenté à l’Exposition Universelles de 1878 à Paris et reconstruit sur la Digue en 1880. Façade mer auparavant en bois, aujourd’hui recouverte d’un enduit peint en rose ; la façade sud en bois est conservée, ornée d’un belvédère à toit polygonal.

11-) Rose des Vents (angle avenue Exclesio)

Villa récemment rénovée avec de belles frises en mosaïque.
 

▪La Pointe de Rochebonne

(quartier loti en 1860 impasse des Forts)
Pointe rocheuse située en bout de plage, dont les premières maisons apparaissent à partir de 1860 avec de vastes demeures construites sur des terrains contrefortés avec le plus souvent un escalier d’accès à la grève. Tout en flânant le long de la côte, on aperçoit quelques villas dont l’architecture est très éclectiques : châteaux miniatures, pastiches gothiques, néo-Renaissance ou néo-grecques, tourelles, belvédères, bow-windows…

Passer par la rue des Fleurs, des Bains puis Hébert afin de rejoindre le boulevard Chateaubriand par la rue Théophile Briant.